Cycle 4 2nde Terminale

Géographie Mathématiques PEAC SVT Arts plastiques Parcours Avenir Parcours citoyen Français Sciences et technologie E.P.S.

Je parle à un homme qui ne tient pas en place (Seul en scène, théâtre pluridisciplinaire)

"De l'amitié", ou la force vitale de deux aventuriers portés par la voix/voie poétique de Jacques Gamblin
 
Mise en scène : Jacques Gamblin
Durée 1h30
Date de création 2017
Genre Seul en scène

Le résumé

"Je ne te lâcherai pas."
Pendant trente jours, Jacques Gamblin communique avec son ami Thomas Coville, navigateur qui tente le record du tour du monde à la voile en solitaire. Dans cette aventure, la poésie donne forme à la force vitale qui peut unir un homme à un autre, l’amitié.


En 2014, seul sur son trimaran de plus de 30 mètres, Thomas Coville, navigateur hors pair, tente une nouvelle fois le record du tour du monde à la voile en solitaire. Pendant trente jours, Jacques Gamblin communique quotidiennement avec son ami qui se bat contre les dépressions, les anticyclones et les secondes. Que dire à un homme qui fait de cette victoire sa raison de vivre ? Que dire en silence, en absence ? Que dit-on de soi en parlant à l’autre ? « Me reçois-tu ? » Dans ces échanges entre terre et mer, il y a de l’imprévu et de la rareté pour une amitié plus forte que tout qui défie le monde et les rapports humains. Dans cette aventure, il y a deux hommes qui se racontent avec la distance comme paravent. Il y a de la parole qui se dévoile. 
En fond de scène, des cartes océaniques, des sillages ou des aurores boréales nous emportent loin, très loin. Dans ce spectacle audacieux et joyeux, le comédien livre les clés d’une relation unique, d’un voyage commun. Grand aventurier du Rond-Point, Jacques Gamblin y a présenté ses spectacles Tout est normal mon cœur scintille ; Ce que le Djazz fait à ma Djambe avec le jazzman Laurent de Wilde et 1 heure 23’ 14’’ et 7 centièmes avec le danseur Bastien Lefèvre. Sa voix singulière, son corps élastique, son humour, sa légèreté et sa poésie donnent forme à cette force vitale qui peut unir un homme à un autre, l’amitié. Pierre Notte
“Le chemin est long et difficile, passionné et passionnant jusqu'à la ligne, serait elle blanche. Coaching, training, transmetting, et blowing surtout, blowing in the wind.” (Paroles de Jacques Gamblin receuillies en mars 2014 pour 1 heure 23'14'' et 7 centièmes)

Les mots de l'artiste

Entretien de Jacques Gamblin réalisé par Pierre Notte Je parle à un homme qui ne tient pas en place… est-ce un portrait de lui ? Ou un portrait de vous ? - Ce n’est...
LIRE LA SUITE

L'oeil de l'équipe

Ce faux dialogue entre Jacques Gamblin et un sportif de haut niveau cherchant en permanence la victoire, le dépassement de soi, tissant instant après instant une relation forte entre deux êtres, cette recherche de l’équilibre, du point d’orgue pour atteindre cette réussite, cette perfection, font partie des thèmes récurrents des spectacles de Jacques Gamblin. En parlant de l’autre, Gamblin parle aussi de lui et de cette exigence profonde qui tisse représentation après représentation son travail.

“Transmettre, chercher, douter, trouver…” disait-il déjà dans son dernier spectacle 1 heure 23'14'' et 7 centièmes, le personnage de l'entraîneur étant animé par cette volonté quasi obsédante d’aller au bout des choses, de ne rien “lâcher” et que l'on retrouve encore à travers cette relation qu'incarne - dans ce seul en scène - Jacques Gamblin. 

Nous recommandons ce spectacle à partir de la classe de troisième, à condition que ce soient des élèves déjà spectateurs, rompus à l'exercice théâtral. Avec ses thématiques du dépassement et de la réussite, il fera écho à des grands ado, lycéens plus particulièrement, qui sont en permanence confrontés aux questions de réussite scolaire et sociale, de performance et de capacité. Ce spectacle réclame cependant une exigence d'écoute, le message qui en ressort, la poésie qui s'en dégage, pourraient difficilement être entendus par des élèves plus jeunes. 

Dans la mesure où toute la pièce fait référence au tour du monde à la voile parcouru en 2014 par Thomas Coville, il nous a paru pertinent de proposer aux enseignants de mathématiques de travailler sur les coordonnées maritimes et ses calculs. 

En E.P.S., il sera intéressant de proposer un atelier aux élèves dans lequel ils pourront mesurer comment l'on passe d'une présence scénique à une présence poétique. Cela leur permettra notamment d'acquérir certaines compétences aux programmes tel que "mobiliser les capacités expressives du corps pour imaginer, composer et interpréter une séquence artistique. et "permettre à l’élève de s’exprimer par des activités, physiques, sportives ou artistiques, impliquant le corps où il apprend ainsi le contrôle et la maîtrise de soi.

En géographie, depuis 2012 (seulement!), la mer est entrée dans l'étude du secondaire, aussi bien au collège qu'au lycée, ayant conscience que cette partie du monde n'était pas à négliger. Il nous a paru pertinent de mettre en avant le travail effectué par le réseau Canopé et ses I.P.R. sur la construction d'EPI bien inspirants et dont notamment "l’objectif est d’amener les élèves à saisir les liens entre les hommes et l’océan, à prendre conscience de l’importance des mers et des océans pour eux, qu’ils s’agissent de leur identité ou de leur vie quotidienne, qu’ils habitent au bord de la mer ou non. Le projet croise les analyses de réalités sensibles et de perceptions, qu’il s’agisse de celles des élèves ou de celles d’artistes".  

En français, notre brique, qui a pour titre "Vingt fois sur le métier, remettez votre ouvrage", de Boileau à Walt Whitman, du recommencement au dépassement, tu es sans limite ! mettra en avant la question du recommencement et du dépassement de soi, ou comment, par les réécritures successives, les auteurs sont aussi confrontés à ces questions. Cette séquence pédagogique pourra être envisagée avec les programmes de seconde ou de première.