Cycle 4 1ère

Histoire Français Arts plastiques

Mon Lou (théâtre-Centenaire de la mort d'Apollinaire)

A l'amour comme à la guerre, quand Apollinaire s'invite dans vos classes ! 
Mise en scène : Christian Pageault
Durée 1h20
Date de création Novembre 2017
Genre Théâtre

Le résumé

Dans le cadre du centenaire de la mort de Guillaume Apollinaire, couplé à celui de la Première Guerre mondiale, voici un spectacle pour lequel nous avons eu un véritable coup de cœur. “Mon Lou” retrace la correspondance à partir de 1914 qui s’établit entre Guillaume Apollinaire et Louise de Coligny-Châtillon, devenue très vite « Lou », l’indéfectible Muse (même si fougueuse et volage) du poète. Fin’amor certainement idéalisée, amour plus violent que courtois, fruit d’un jeune poète éperdument amoureux, sensible, aux mots parfois déchaînés et déchirants, qui chante sa Muse, les pieds dans les tranchées, les balles sifflant au-dessus de sa tête.

C’est à cause de Louise de Coligny-Châtillon que Guillaume Apollinaire s’engage d’abord volontairement dans les troupes françaises à Nîmes, le 6 décembre 1914. Il fait la connaissance de la jeune femme à Nice. Sa personnalité l’a sur-le-champ fasciné. Il en tombe éperdument amoureux dès le premier regard : elle répond à ses avances par un jeu ambigu d’acceptations et de dérobades subites qu’il ne s’explique pas. Après une rebuffade de la jeune femme qu’il croit définitive, il s’engage.dans l'armée Mais celle qu’il appellera désormais “Lou” va l’y retrouver dès le lendemain. Pendant huit jours, il connaît auprès d’elle une passion déchaînée, d’un érotisme raffiné et violent.
Et le poète pris dans le bourbier des tranchées et de la guerre, s'accrochera à sa muse tant qu'il pourra, arrivant à transformer avec une luminosité incroyable les balles qui sifflent en cloches poétiques teintées d'amour et de beauté. 

Les mots de l'artiste

"Deux cœurs, un corps vibrent comme cordes et tambours au rythme d’un premier égrènement joyeux de lettres. Le désir, l’impatience des retrouvailles, le charme...
LIRE LA SUITE

L'oeil de l'équipe

On redécouvre ces lettres avec un plaisir immense, lettres qu’on n’écrit plus et lettres qu’on aimerait encore tant recevoir. A l’ère du smartphone et des e-mails, quelques rares résistants envoient encore… des vœux… et puis ? Nostalgie d’un temps presque achevé ? L’effet est toutefois indéniable et immédiat. La salle est médusée. Quand nous avons vu ce spectacle la première fois, la salle était alors pourtant remplie de collégiens et de lycéens. Mais nos jeunes ne pipaient mot, peut-être étonnés par ces mots d’amour indémodables, par cet érotisme parfois si cru et si poétique. Entendre dire l’amour sans vulgarité ? Une prouesse de nos jours, n’est-ce pas ? Peut-être émus par ces balles qui sifflent et qu'on entend si distinctement. 

Les réactions sont étonnantes, l’émotion sidérante. De ces mots d’amour mêlés aux maux de guerre, la salle reste coi face à un tel coït… épistolaire !

Oui, ici le papier est à l’honneur. Les lettres se froissent sous le poids voluptueux des larmes amoureuses, se défroissent sous les baisers follement sensuels d’une comédienne (Moana Ferré) qui incarne avec délice cette Muse. Elle nous entraîne peu à peu dans la magie d’un paysage intérieur, tant musical que visuel, projeté, peinturé et déchaîné. Le tableau est puissant.

Ce spectacle pourra être vu dès avril 2018 (Lucernaire, Paris 6e). Il croise les programmes de français et d’histoire (mais aussi de musique et d’arts plastiques du fait de son implication sonore et visuelle forte). 

"Mon Lou" pourra s'apprécier sur un plateau de théâtre ou dans sa petite forme en classe que vous pourrez faire venir et permettre aux élèves d’entendre une partie de cette correspondance amoureuse sur fonds de guerre ou que vous pourrez revivre sous forme d'atelier avec la comédienne.

Production de projet interdisciplinaire en cours délaboration...

(Briques pédagogiques et fiche ressources en cours de construction)

A notre sens, ce spectacle ne peut être vu avant la classe de 3e (bien que l'épistolaire soit ici bien traité). La correspondance entre le poète et sa muse est souvent assez osée. Celle-ci ne pourrait être écoutée par des oreilles trop chastes même s'il s'agit de Guillaume Apollinaire... 

Autour du spectacle

Aller plus loin et tout savoir !