Cycle 4 2nde 1ère Terminale

EMC Anglais Français

M'appelle Mohamed Ali (seul en scène)

Ou le combat à la fois intime et universel contre les discriminations raciales (spectacle hors les murs, se déplaçant dans les établissements). 
 
Mise en scène : Jean Baptiste Hamado TIEMTORE (Texte de Dieudonné NIANGOUNA)
Durée 1 h 25
Date de création Juillet 2014
Genre Seul en scène

Le résumé

Le premier est un comédien du genre boxeur. Le deuxième est, lui, boxeur et c’est une bête de scène. Le dernier est auteur et distribue les coups...
 
Etienne Minoungou, initiateur du plus ambitieux féstival de théâtre d’Afrique de l’Ouest ; Dieudonné Niangouna, artiste congolais associé au féstival d’Avignon 2013, et le champion du monde de boxe Mohamed Ali ont en commun un engagement artistique, sportif et politique.

M’appelle Mohamed Ali met en scène le boxeur du siècle ; brillant, invésti, provocatéur... On y raconte ses combats les plus importants, son titre de champion du monde qu’il perd én refusant de
faire son service militaire car «jamais un Viêt cong ne m’a traité de nègre », ce même titre qu’il récupéra 7 ans plus tard lors du match du siècle –organisé par Mobutu au Zaïre en 1974 -.
Donné perdant, le roi de la danse gagne à 32 ans son combat contre l’américain Foreman porté par la ferveur d’un stade en ébullition.
 
Pour gagner ? Il faut voler comme un papillon, piquer comme une abéille...
 
Il y a une forte ressemblance physique entre Etienne Minoungou et Mohamed Ali. Cette ressemblance a-t-elle été la clé de la création du spectacle ? Peut-être. Ou probablement.
Aujourd’hui "à mi-vie", Minoungou et Niangouna en appellent à Ali pour réfléchir à une Afrique moderne, pour laquelle relever des défis est encore toujours une activité quotidienne.

Avec Ali, ils s'interrogent sur la valeur de l’éxistence. Constitué d'allers-retours entre la vie et les combats du boxeur, et les réflexions d'Etienne et de Dieudonné à propos de cette figure, M’appelle Mohamed Ali est une création qui donne à réfléchir sur la résistance, la foi en soi, la complémentarité des êtres, la collectivité, la combativité et le franchissement des limites.
Etre africain et en faire le choix –si l’on peut-; en portér l’idéntité fièrémént comme on porterait un drapeau ; initier un acte de résistance personnel ou collectif sans se départir d’une grande ironie. Trois hommes noirs vont ainsi au combat.

Les mots de l'artiste

M'appelle Mohamed Ali a été créé en 2013 au Fundamental Monodrama Festival à Luxembourg. La pièce M’appelle Mohamed Ali est née d’une...
LIRE LA SUITE

L'oeil de l'équipe

Nous avons décidé ici de travailler nos ressources pour un niveau seconde, mais ce spectacle pourrait être également un point d'entrée intéressant en classes de premières. 

Le spectacle de Dieudonné Niangouna et d’Étienne Minoungou est le point de départ pour mener en classe d'EMC, un travail sur l’un des deux thèmes proposés par les programmes, en l’occurrence celui concernant « l’égalité et les discriminations ».

Le travail porte d’abord sur une réflexion à partir des idées présentes dans le spectacle ; le racisme et ses conséquences (esclavage, traite négrière, ségrégation des Noirs américains et conquêtes des droits civiques dans ce pays, sentiment de supériorité de « l’homme blanc » nourrissant sa volonté de conquête avec la colonisation notamment, stéréotypes et préjugés racistes encore très présents aujourd’hui…).

Un travail possible en anglais de frise collaborative à partir de documents historiques (sur le mouvement des droits civiques, la guerre du Vietnam..) biographiques (captations de matches, d'interviews) ou iconographiques (extraits de comics où Ali met Superman KO!) complètera le travail démarré en EMC. 

Le français pourra bien entendu entrer dans l'arène avec un travail sur l'argumentation et l'écriture d'invention. 

Outre l'aspect pédagogique fondamental, nous pensons que ce spectacle issu de la très belle pièce de Dieudonné Nianguma pourra toucher au coeur nos jeunes spectateurs sur ces questions sensibles et tellement d'actualité.